ARABEL

Société Arachnologique de Belgique

Photo du mois (Septembre 2022)

26/09/2022 | Photo du mois

Zoropsis spinimana (Banque d’images ARABEL/© Bart Lutin-Smet)
Zoropsis spinimana (© Jan Bosselaers)

La Zoropse à pattes épineuse, Zoropsis spinimana (Dufour, 1820), a récemment fait sensation après plusieurs articles dans la presse (étrangère) pointant l’extraordinaire toxicité et agressivité de l’espèce. Heureusement, l’intervention claire d’arachnologues a rapidement rétablis à jour les faits (interview de Koen Van Keer). Comme presque toutes les autres araignées, la Zoropse à pattes épineuse est en effet venimeuse, mais le venin ne représente aucune menace pour les humains. De plus, l’araignée n’est pas du tout agressive et une morsure reste rare si l’animal ne se sent pas acculé. Pourquoi cette attention soudaine ? Cette espèce a probablement été introduite en Belgique depuis la région méditerranéenne et a été repérée pour la première fois dans les environs de Gand en 2004. En raison des étés et des hivers de plus en plus chauds, la population de Zoropse à pattes épineuse a probablement augmenté ces dernières années, car un nombre croissant est signalé. De plus, ce n’est certainement pas une petite espèce (taille du corps jusqu’à 2 cm) et elle vit souvent à proximité des habitations, ce qui rend également plus probable la possibilité d’une rencontre fortuite. Il semblerait donc que l’araignée soit de plus en plus connue du grand public et cela suscite la curiosité mais aussi la peur des araignées. Aux amoureux des araignées de faire pencher la balance à la curiosité !

Photo du mois (Auguste 2022)

19/08/2022 | Photo du mois

Heliophanus sp. [cf. cupreus] (Banque d’images ARABEL/ ©Pierre Oger)

Les salticides sont des chasseurs exceptionnels, utilisant leurs grands yeux avec une vision extraordinaire pour attraper leurs proies. Mais il y a quelque chose de spécial dans l’œil de l’araignée sauteuse, contrairement aux humains, les salticides peuvent voir la lumière UV. Les écailles sur le corps ou même certaines parties du corps réfléchissent ou deviennent fluorescentes à la lumière UV. Ce tour de force visuel joue un rôle important dans la sélection sexuelle, si un filtre qui bloque la lumière UV est utilisé, les mâles et les femelles montrent beaucoup moins de comportement d’accouplement. Un exemple de fluorescence UV peut être trouvé chez l’espèce Heliophanus, les palpes jaunes de la femelle brillent fortement sous une lampe UV (voir vidéo) !

Photo du mois (Mars 2022)

29/03/2022 | Photo du mois

Erigone sp. avec comportement  « tiptoe » , fils de soie  (photo : © Richard Louvigny, Bram Vanthournout).

Le temps brumeux est idéal pour repérer les toiles d’araignées ou les fils de soie ! Ainsi, la rosée matinale permet de rendre clairement visibles les fils d’araignée qui, autrement, sont pratiquement invisibles. Ces fils sont le résultat d’un comportement très particulier. Les jours chauds et ensoleillés avec juste assez de vent, les araignées ne se déplacent pas qu’avec les pattes : elles peuvent aussi s’envoler! Elles cherchent un point plus élevé, étendent ses pattes (« tiptoe ») et utilisent le champ électrique statique terrestre et l’air chaud qui monte pour faire dériver un fil de soie. L’araignée se décroche ensuite de son perchoir et est emporté par le vent. C’est ce qu’on appelle le ballooning (« montgolfière »). Cependant, il faut souvent, plusieurs essai avant que la procédure de lancement ne soit un succès. Le résultat de ces tentatives sont des centaines de fils d’araignées amassés sur des poteaux de prairie, des barbelés, de l’herbe, … 

Photo du mois (Décembre 2021)

31/12/2021 | Photo du mois

Enoplognatha ovata (Clerck, 1757) avec sa proie et son cocon (photos : ©Bram Vanthournout).

La théridiide Enolognatha ovata (ou E. latimana car ces espèces ne peuvent être distinguées que par un examen génital) fait une fine toile sous les fleurs où elle attend en embuscade les insectes attirés par le nectar. Bien qu’elle semble être une araignée presque fragile avec de longues et fines pattes, elle peut maîtriser des proies étonnamment grosses tel que les syrphes! Vous pouvez les trouver sous trois formes de couleurs différentes: uniformément blanc/jaune, avec deux bandes rouges ou avec une grande tache rouge sur le dos. A la fin de l’été, la femelle dépose ses œufs dans un cocon de couleur bleu sous une feuille enroulée qu’elle garde jusqu’à l’éclosion des jeunes!

Photo du mois (Novembre 2021)

10/11/2021 | Photo du mois


Araneus diadematus (Clerck, 1757) avec un motif en croix clair (foto: ©Bram Vanthournout et Ludwig Janssen).

La couleur de l’épeire diadème (Araneus diadematus) est produite par deux mécanismes différents : la couleur de fond est déterminée par la concentration d’un pigment sombre. La croix typique est créée par de petits cristaux de guanine reflétant fortement la lumière, produisant une couleur blanche brillante. C’est pourquoi vous pouvez trouver des épeires diadèmes de différentes couleurs, avec des individus très clairs à très foncés.


>