ARABEL

Société Arachnologique de Belgique

Miniseks – Hofmakerij bij ongerwervelden

18/11/2022 | Actualités

Quiconque considère le comportement reproducteur des invertébrés, c’est-à-dire des petits animaux, va d’une surprise à l’autre. Les nombreuses façons dont les mâles courtisent une compagne, souvent de manière très ingénieuse, la compétition pour assurer la paternité, et leurs organes sexuels complexes sont autant de sources de variations improbables sur un même thème. Chez certains mâles, il n’y a même pas de connexion entre les testicules et l’organe de reproduction ! Comment cela fonctionne-t-il alors? Les réponses à ces questions sont données par l’auteur sur un ton badin.

Il parcourt à l’aide d’une riche iconographie tant la parade nuptiale que l’accouplement chez les vers et de nombreuses espèces marines, chez les crabes et les mille-pattes, ainsi que chez les arachnides et de très nombreux insectes. Les questions soulevées par la complexité des pratiques sexuelles chez les petits animaux ne sont pas éludées et les hypothèses connues et inconnues à cet égard sont largement expliquées de manière très accessible. 

L’auteur 

Rudy Jocqué est biologiste et a étudié à l’Université de Gand, où il a obtenu un doctorat avec une étude sur les araignées de la Kalmthoutse Heide. Il a travaillé en Afrique pendant des années et a dirigé le service Invertébrés au Musée de l’Afrique centrale à Tervuren. Il a à son actif plus de 200 publications scientifiques, principalement sur les araignées africaines, et est l’auteur et co-auteur de cinq livres dont trois de vulgarisation scientifique. Pendant des années, il a été l’auteur de la chronique hebdomadaire ‘Fauna en Flora’ dans De Standaard.

L’illustrateur

Vladimir A. Timokhanov est un artiste professionnel. Il est l’auteur d’illustrations et de nombreux ouvrages d’histoire naturelle qui ont été publiés au Kazakhstan, en Angleterre, en Suisse, aux Pays-Bas et dans d’autres pays. Il a présenté ses œuvres lors de plusieurs expositions personnelles, a participé à quelques projets de l’UNESCO et de l’UICN, et a préparé des illustrations pour un certain nombre de revues et de sites Internet universitaires et populaires.

Cinquante mille espèces d’araignées

18/11/2022 | Actualités

La première araignée à recevoir un nom scientifique fut épeire diadème : Araneus diadematus. Le biologiste qui a accompli cela était Carl Clerck. Il l’a fait dans son ouvrage sur les araignées de Suède « Svenska Spindlar », dans lequel il décrit une cinquantaine d’autres araignées de ce pays. Cela s’est déjà produit en 1757 et c’est remarquable car cela précède les travaux de Carl Linnaeus, un autre Carl suédois et également biologiste, d’un an. L’opus monumental de Linnaeus s’appelle « Systema naturae », qui a jeté les bases de la dénomination scientifique des plantes et des animaux. Ceux-ci reçoivent tous un double nom, le binôme, qui se compose d’un nom de genre et d’un nom d’espèce. Le nom du genre nous renseigne sur d’éventuels parents de l’espèce. Dans le cas de épeire diadème, il s’agit d’espèces dont la première partie est également « Araneus ». Chez nous, ce sont, par exemple, l’araignée marbrée (Araneus marmoreus) et l’araignée à quatre points (Araneus quadratus). Mais les araignées sont le seul groupe d’organismes dans lequel certaines espèces ont été nommées avant l’intervention de Linnaeus en 1758.

Mais maintenant, 256 ans plus tard, nous sommes à la 50 000ème espèce d’araignées. Nous le savons si précisément grâce au catalogue mondial des araignées en ligne (https://wsc.nmbe.ch/). Il répertorie non seulement toutes les araignées qui ont été décrites, mais aussi tout ce qui a été publié sur leur morphologie, disons leur apparence, avec un lien direct vers ces publications. Les araignées sont donc exceptionnellement bien cataloguées parmi les invertébrés. Ce catalogue est une mine d’or pour tout arachnologue ou qui se soucie de ces animaux à huit pattes. Ainsi, le 6 avril 2022, nous étions au nombre de 50 000.

Cette petite salticide (Guriurius minuano Marta, Bustamante, Ruiz & Rodrigues, 2022) est la cinquantemilième araignée connue. 

L’analyse du rythme auquel les descriptions se sont produites montre deux pics : le premier vers le tournant du siècle en 1900 et un second dans la période actuelle. Au siècle dernier, les grands musées d’histoire naturelle étaient principalement européens. Ces grands centres taxonomiques investissaient dans des expéditions zoologiques et rémunèraient les spécialistes capables de décrire les plantes et les animaux collectés. Un spécialiste domine tous les autres à cet égard : Eugène Simon (1848-1924) associé au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Il a décrit à lui seul près de 4000 espèces d’araignées, mais il n’avait que 16 ans lorsqu’il a écrit son premier article d’arachnologie. Mais les spécialistes anglais, allemands, italiens et même néerlandais et belges ont également mis leur grain. Plus tard, les arachnologues nord-américains ont également contribué : en termes de nombre d’espèces d’araignées décrites, Norman Platnick (1951-2020) du Natural History Museum de New York, arrive en deuxième position avec un peu moins de 2000 espèces.

Cet intérêt occidental pour la description de la diversité mondiale a duré jusqu’à la fin du siècle dernier, quand environ 35 000 espèces d’araignées étaient connues. Avec l’avènement des méthodes moléculaires, d’autres domaines de la recherche biologique reçoivent plus d’attention et l’intérêt pour la taxonomie pure, la description des espèces, est passé au second plan. En conséquence, le rythme de découverte de nouvelles espèces a également chuté. Les quelques taxonomistes actifs en Europe occidentale sont désormais principalement des non-biologistes intéressés ou des taxonomistes à la retraite. Le deuxième pic est donc principalement dû aux spécialistes d’Amérique du Sud, de Chine et d’Afrique du Sud, qui représentent désormais l’essentiel des nouvelles descriptions. Ce n’est donc pas un hasard si l’ araignée célébrée est une salticide du Brésil.

Rudy Jocqué

Photo du mois (Novembre 2022)

02/11/2022 | Photo du mois

Oonops domesticus  Dalmas, 1916. Les photos montrent un femelle (collectée puis relachée) ayant construit un cocon dans un tube de collection. Photos: © Arnaud Henrard.

Oonops domesticus est une espèces appartenant à la familles des Oonopidae. Ce sont des araignées de très petite taille, que l’on surnomme araignées naines ou araignées gobelins. Due à sa petitesse (entre 1.5 et 2 mm), O. domesticus est rarement vue. Pourtant, c’est une espèce que l’on peut rencontrer dans les bâtiments, les anciennes collections de musées ou nos propres maisons, d’où son nom latin. Principalement nocturne, elle se nourri de tout petits invertébrés, telle que des psoques. Elle se déplace d’une façon saccadée, avec des mouvements étonnamment lents entrecoupés de sprints rapides. La femelle peut réaliser plusieurs cocons, avec seulement 2 œufs à chaque fois.

Photo du mois (Octobre 2022)

19/10/2022 | Photo du mois

Episinus maculipes (photo: © Ludwig Jansen)

Episinus maculipes Cavanna, 1876 est une araignée appartenant à la famille des Theridiidae. Trois espèces d’Episinus connu en Belgique (avec E. angulatus (Blackwall, 1836) et E. truncatus Latreille, 1809). Bien que qualifiée de rare (elle a été trouvée en Belgique pour la première fois en 2010!), E. maculipes possède une large répartition géographique, étant présente depuis la région Méditerranéenne jusqu’en Irlande. On la retrouve principalement en forêt parmi les feuilles des buissons et des arbres. Elle se distingue de ses congénères par, entre autre, ses pattes ostensiblement tachetées et annelées (comme sont nom latin l’indique), et son céphalothorax pourvu d’une bande longitudinale médiane foncée traversant une région oculaire nettement saillante, et se terminant au bout des chélicères.

J Belg Arachnol Soc 2022

13/06/2022 | Journal of the Belgian Arachnological Society (2021 - en cours)

Photo du mois (Juin 2022)

04/06/2022 | Photo du mois

Tetragnatha extensa (Tetragnathidae) observée à travers la lentille de Henk Dikkema. La sortie de nombreuse éphémères ce jour là a été une aubaine pour l’araignée, lui offrant une importante source de nourriture. On peut également observé qu’il n’y a pas que des éphémères qui ont été piégé dans sa toile.

Photo du mois (Mai 2022)

14/05/2022 | Photo du mois

Femelle de Argiope bruennichi (Scopoli, 1772), dans sa toile, parmi les herbacées (photo: © Henk Dikkema).

Magnifiques photos proposées par Henk Dikkema pour enrichir le site de ARABEL. La photo de l’araignée a été prise le 06-09-2021, dans la ville de Groningen, à un endroit situé dans la courbe d’une autoroute autour de la ville.

Cocon de Argiope bruennichi (Scopoli, 1772), trouvée au même endroit que précédemment, le 14-09-2021 (photo: © Henk Dikkema).

Un aperçu global des théridiidés (Theridiidae) avec des clés d’identifications des genres (2021)

23/01/2022 | Contributions arachnologiques

Vanuytven H. (2021). Theridiidae of the World. A key to the genera with their diagnosis and a study of the body length of all known species. Nieuwsbrief van de Belgische Arachnologische Vereniging (supplement) 35: 1- 363.

Téléchargez le pdf: Theridiidae of the World (2021).pdf

This image has an empty alt attribute; its file name is afbeelding.png

Un catalogue des araignées de Chypre (2019)

23/01/2022 | Contributions arachnologiques

Bosmans, R., Van Keer, J., Russell-Smith, A., Hadjiconstantis, M., Komnenov, M., Bosselaers, J., Huber, S., McCowan, D., Snazell, R., Decae, A., Zoumides, C., Kielhorn, K.-H. & Oger, P. (2019). Spiders of Cyprus (Araneae). A catalogue of all currently known species from Cyprus. Nieuwsbrief van de Belgische Arachnologische Vereniging  34 (Supplement): 1-173.

Téléchargez le pdf: Spiders of Cyprus (2019).pdf

Un catalogue des araignées de Gavarres (Catalogne, Espagne) (2018)

23/01/2022 | Contributions arachnologiques

Bosselaers, J. (2018). Spiders (Arachnida, Araneae) of the Gavarres (Catalonia, Spain) and the adjacent coastal Region – part I: 2012-2013. Nieuwsbrief van de Belgische Arachnologische Vereniging 33(suppl.): 1-113.

Téléchargez le pfd: Spiders of Gavarres (2018).pdf

>