ARABEL

Société Arachnologique de Belgique

Araignée européenne de l’année (ESY) – histoire

07/02/2024 | Araignée européenne de l'année

Depuis l’an 2000, un groupe d’experts d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse choisit une espèce d’araignée qui sera sous les feux de la rampe pendant un an. Après l’Argyronète (Argyroneta aquatica – 2000), ce fut le tour de l’Épeire fasciée (Argiope bruennichi – 2001), de la Pisaure admirable ( Pisaura mirabilis – 2002), du Pholque phalangide (Pholcus phalangioides – 2003) et de la Micrommate émeraude (Micrommata virescens – 2004). La société belge d’arachnologie ARABEL a été la première à « ouvrir » le projet initialement germanophone. En 2005, cela s’est traduit par l’élection et la proclamation communes de la Saltique chevronnée (Salticus scenicus), la première araignée européenne de l’année. D’autres associations européennes ont rapidement suivi et, en 2024, 84 arachnologues de 27 pays européens y participent.

L’élection prend en compte plusieurs critères, certains critères ayant plus de poids en fonction du message que l’on veut faire passer à travers l’araignée choisie. Par exemple, la Thomise variable (Misumena vatia – 2006) était idéale pour mettre en évidence certaines facettes moins connues des araignées, comme le fait que de très nombreuses araignées ne tissent pas de toile, sont souvent joliment colorées, ont des stratégies de chasse différentes, …

De Lycose cendrée (Arctosa cinerea – 2007) a de nouveau attiré l’attention sur le fait que la disparition de différents types d’habitats naturels entraîne également la disparition d’espèces animales. Un problème qui n’est pas seulement mondial, mais aussi propre à notre pays.

En 2024, nous célébrerons donc un double « anniversaire » : 25 ans d’existence de l' »Araignée de l’année » et 20 ans d’existence de l' »Araignée européenne de l’année ».

Araignée de l’année en Europe germanophone :

– 2000:        Argyroneta aquatica (Argyronète)
– 2001:        Argiope bruennichi (Épeire fasciée ou Argiope frelon)
– 2002:        Pisaura mirabilis (Pisaure admirable)
– 2003:        Pholcus phalangioides (Pholque phalangide)
– 2004:        Micrommata virescens (Micrommate émeraude)

Araignée européenne de l’année

– 2005:        Salticus scenicus (Saltique chevronnée ou Saltique Arlequin)
– 2006:        Misumena vatia (Thomise variable)
– 2007:        Arctosa cinerea (Lycose cendrée)
– 2008:        Tegenaria spp. (Tégénaires)
– 2009:        Hyptiotes paradoxus (Araignée triangle)
– 2010:        Araneus diadematus (Épeire diadème)
– 2011:        Agelena labyrinthica (Agélène à labyrinthe)
– 2012:        Meta menardi (Araignée commune des grottes)
– 2013:        Atypus affinis (Mygale à chaussette)
– 2014:        Linyphia triangularis (Linyphie triangulaire)
– 2015:        Anyphaena accentuata (Anyphène à chevrons)
– 2016:        Cyclosa conica (Épeire conique)
– 2017:        Nuctenea umbratica (Épeire des fissures)
– 2018:        Steatoda bipunctata (Stéatode à deux points)
– 2019:        Myrmarachne formicaria (Saltique fourmi)
– 2020:        Dolomedes fimbriatus (Dolomède des marais ou Dolomède bordé)
– 2021:        Ero furcata (Araignée cannibale fourchue)
– 2022:        Hygrolycosa rubrofasciata (Araignée-loup à face rouge)
– 2023:        Cheiracanthium punctorium (Chiracanthe nourrice)
– 2024:        Nesticus cellulanus (Nestique alvéolé)

Araignée européenne de l’année 2024

07/02/2024 | Araignée européenne de l'année

La Nestique alvéolé – Nesticus cellulanus (Clerck, 1757)

Nouvelle contribution à la faune des araignées de Kerkyra (Corfou) et mise à jour de la liste provisoire des espèces de l’île Ionienne (2023)

19/09/2023 | Contributions arachnologiques

Lecigne S. (2023). New contribution to the spider fauna (Arachnida: Araneae) of Kerkyra (Corfu) and update of the provisional checklist of species from the Ionian Island. Journal of the Belgian Arachnological Society 38(1 supplement): 1 – 51.

Téléchargez le pdf: Spider fauna (Arachnida: Araneae) of Kerkyra (Corfu)

J Belg Arachnol Soc 2023

03/08/2023 | Journal of the Belgian Arachnological Society (2021 - en cours)

Photo de l’été (2023) !

01/08/2023 | Photo du mois

Cette femelle d’une espèce de Zora sp. (probablement spinimana) a été trouvée sur la feuille d’un plant de laitue dans un potager à Sint Agatha Rode. On sait que les femelles gardent leur sac à œufs, mais les photos de cela ne sont pas courantes. C’est la première observation de l’espèce dans mon jardin et à l’occasion de la fête nationale (21 juillet 2023). (Photo © Rudy Jocqué).

Araignée européenne de l’année 2023

18/01/2023 | Araignée européenne de l'année

Chiracanthe nourrice, Cheiracanthium punctorium (Villers, 1789)

Cheiracanthium punctorium, nommée chiracanthe nourrice en Français, appartient à la famille des Cheiracanthiidae. Cette famille compte 363 espèces dans le monde, 35 d’entre eux se trouvent en Europe et, en Belgique, il y a 5 espèces indigènes plus une espèce exotique qui est en train de s’établir rapidement.

Très rare en Belgique

La chiracanthe nourrice a une large distribution paléarctique, allant de l’Europe à l’Asie centrale. En Europe centrale, on le trouve principalement dans les plaines et les promontoires jusqu’à 800 mètres d’altitude. L’espèce vit généralement dans la végétation herbacée des habitats ensoleillés et ouverts, mais elle peut également se trouver dans les buissons et arbustes. On peut également la rencontrer, bien que plus rarement, dans les zones plus humides des prairies extensives.

Au 19e siècle, Cheiracanthium punctorium était encore relativement répandue en Belgique, mais elle n’a plus été revue pendant près d’un siècle, jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée en 1985 à la pointe méridionale de la Belgique, dans le village de Torgny. Et au cours de ces 35 dernières années, cet endroit est resté le seul emplacement connu en Belgique pour la chiracanthe nourrice. Récemment, un signalement relativement fiable a été fait d’un deuxième site, aussi dans l’extrême sud de notre pays. Cependant, cette donnée doit encore être vérifiée par les arachnologues de l’Association Belge d’Arachnologie (ARABEL).

Dans tous les cas, Cheiracanthium punctorium est l’une de nos espèces d’araignées belges les plus rares. L’espèce est répertoriée comme « éteint » dans la liste rouge flamande.

Description

La longueur du corps de Cheiracanthium punctorium est comprise entre 10 et 15 mm pour les femelles (photo 1) et de 8 à 12 mm pour les mâles (photo 2). Le céphalothorax est brun verdâtre (photo 3), mais peut parfois être complètement orange à rouge. Les chélicères (pièces buccales venimeux), robustes et longues, sont rouge à leur base et noirs au niveau des crochets. L’abdomen de couleur chamois présente souvent une tache cardiaque foncée qui peut s’étendre sur la moitié de l’abdomen, mais qui peut aussi être complètement absente. Les pattes jaunâtres se terminent par une pointe sombre.

La première paire de pattes est remarquablement plus longue; une caractéristique permettant de distinguer facilement les chiracanthes d’autres araignées, par exemple, du genre Clubiona (Clubionidae.

Mode de vie et reproduction

Ces araignées principalement nocturnes ne construisent pas de toiles pour attraper des proies. Elles se faufilent vers leur victime et la neutralise ensuite avec une morsure venimeuse. Grâce à ses chélicères considérables et puissantes, la chiracanthe peut également vaincre de gros insectes comme les criquets ou même les mantes religieuses. L’araignée passe la journée dans un abri en forme de dôme dans la végétation basse, généralement, ou même sous des pierres. Elle peut être trouvée dans les biotopes ouverts non perturbés, en particulier dans les herbes hautes et la végétation basse de garrigue. Mais aussi dans les espaces ouverts de la forêt (clairières), des jachères et des prairies, ainsi que le long des chemins, des digues ou des remblais de chemin de fer.

Au milieu de l’été, les femelles presque adultes construisent une chambre à couvain assez frappant, qui peut atteindre la taille d’un œuf de poule (photo 4), entremêlées aux brins d’herbe, de feuilles ou de tiges. Accolé à la chambre à couvain, un mâle adulte tisse également un abri en soie. Dès que la femelle réalise sa dernière mue, devenant ainsi adulte, le mâle perce le mur de soie entre les deux « chambres » et l’accouplement peut avoir lieu. En août, la femelle pond de 80 à 300 œufs dans le cocon. Pendant cette période, les femelles défendent agressivement le cocon.

Photo 4 : chambre à couvain constitué de brins d’herbe agglutiné ensemble avec de la soie (© Kai Martin)

Trois à cinq semaines plus tard, les jeunes éclosent et quittent le nid de la mi-septembre à début octobre. Ils passent l’hiver dans des chambres de soie d’environ 5 mm diamètre construit par eux-mêmes, sous des cailloux et autres abris au raz du sol.

Morsure et venin

La chiracanthe nourrice est l’une des rares araignées belges à pouvoir infliger une morsure à l’homme avec un effet significatif. Elle le fera généralement lorsque vous tenteriez d’ouvrir son cocon de reproduction ou bien sûr lorsque vous la tiendriez entre vos doigts. Parce que l’espèce est si rare en Belgique et parce qu’elle vit bien cachée et loin des bâtiments humains, le risque d’être mordu par un Belge est pratiquement inexistant. Lorsque cela se produit, la morsure provoque immédiatement une sensation de brûlure intense qui est la plus forte après 5 à 20 minutes et peut être ressentie pendant plusieurs heures. L’effet a été comparé à la douleur d’une piqûre de guêpe. Le venin peut également provoquer des symptômes tels qu’un gonflement local modéré, des rougeurs, des démangeaisons, des nausées et une légère fièvre. Il n’y a pas de dommages causés aux tissus. Si cela semble nécessaire, une visite chez un médecin est recommandée.

Espèce similaire

La chiracanthe nourrice est relativement facile à distinguer des espèces apparentées d’Europe centrale en raison de sa couleur et de sa grande taille. Relativement récemment, une espèce d’araignée chiracanthe importée s’est établie dans notre pays, à savoir Cheiracanthium mildei L. Koch, 1864 (photo 5). Celle-ci peut être un peu plus grande que les autres chiracanthes indigènes, mais elle est toujours plus petite et présente également une coloration différente de la grande Cheiracanthium punctorium. Cheiracanthium mildei par contre se rencontre régulièrement à proximité des habitations humaines.

Photo 5 : Cheiracanthium mildei, © Richard Louvigny, banque d’images d’ARABEL).

Pourquoi la grande araignée à éperon a-t-elle été choisie comme araignée européenne de l’année ?

D’une part, c’est la première fois qu’un membre de cette famille est élu, et d’autre part, cette araignée est régulièrement présentée dans les médias comme une espèce « médicalement significative ». Habituellement, cependant, les morsures signalées ne sont basées que sur des hypothèses, il est donc important de diffuser des informations précises sur l’espèce afin d’éviter toute peur infondée.

Avec cette sélection d’une araignée européenne de l’année, nous voulons non seulement promouvoir un groupe d’animaux « impopulaires » et attirer l’attention sur d’importants habitats menacés, en l’occurrence des paysages ouverts et secs tels que de vastes prairies et prairies, mais nous espérons également que plus d’observateurs auront un œil sur l’espèce choisie et le signaleront. Ces nouvelles informations de diffusion peuvent être utiles à plusieurs fins.

N’hésitez donc pas à rechercher cette espèce intrigante et à signaler tout spécimen observé en les photographiant et en les saisissant sur le site de signalement de Natuurpunt : www.waarnemingen.be.

L’araignée européenne de l’année est choisie par 84 arachnologues de 27 pays européens. Le vote est coordonné par le Naturhistorisches Museum Wien, en collaboration avec l’Arachnologisches Gesellschaft (AraGes) et la Société européenne d’arachnologie (ESA).

Pour la Belgique, c’est l’Association Belge d’Arachnologie ARABEL qui s’occupe de l’organisation et de la transmission de l’information.

.

Christoph Hörweg & Koen Van Keer

Miniseks – Hofmakerij bij ongewervelden

18/11/2022 | Actualités

Quiconque considère le comportement reproducteur des invertébrés, c’est-à-dire des petits animaux, va d’une surprise à l’autre. Les nombreuses façons dont les mâles courtisent une compagne, souvent de manière très ingénieuse, la compétition pour assurer la paternité, et leurs organes sexuels complexes sont autant de sources de variations improbables sur un même thème. Chez certains mâles, il n’y a même pas de connexion entre les testicules et l’organe de reproduction ! Comment cela fonctionne-t-il alors? Les réponses à ces questions sont données par l’auteur sur un ton badin.

Il parcourt à l’aide d’une riche iconographie tant la parade nuptiale que l’accouplement chez les vers et de nombreuses espèces marines, chez les crabes et les mille-pattes, ainsi que chez les arachnides et de très nombreux insectes. Les questions soulevées par la complexité des pratiques sexuelles chez les petits animaux ne sont pas éludées et les hypothèses connues et inconnues à cet égard sont largement expliquées de manière très accessible. 

L’auteur 

Rudy Jocqué est biologiste et a étudié à l’Université de Gand, où il a obtenu un doctorat avec une étude sur les araignées de la Kalmthoutse Heide. Il a travaillé en Afrique pendant des années et a dirigé le service Invertébrés au Musée de l’Afrique centrale à Tervuren. Il a à son actif plus de 200 publications scientifiques, principalement sur les araignées africaines, et est l’auteur et co-auteur de cinq livres dont trois de vulgarisation scientifique. Pendant des années, il a été l’auteur de la chronique hebdomadaire ‘Fauna en Flora’ dans De Standaard.

L’illustrateur

Vladimir A. Timokhanov est un artiste professionnel. Il est l’auteur d’illustrations et de nombreux ouvrages d’histoire naturelle qui ont été publiés au Kazakhstan, en Angleterre, en Suisse, aux Pays-Bas et dans d’autres pays. Il a présenté ses œuvres lors de plusieurs expositions personnelles, a participé à quelques projets de l’UNESCO et de l’UICN, et a préparé des illustrations pour un certain nombre de revues et de sites Internet universitaires et populaires.

Cinquante mille espèces d’araignées

18/11/2022 | Actualités

La première araignée à recevoir un nom scientifique fut épeire diadème : Araneus diadematus. Le biologiste qui a accompli cela était Carl Clerck. Il l’a fait dans son ouvrage sur les araignées de Suède « Svenska Spindlar », dans lequel il décrit une cinquantaine d’autres araignées de ce pays. Cela s’est déjà produit en 1757 et c’est remarquable car cela précède les travaux de Carl Linnaeus, un autre Carl suédois et également biologiste, d’un an. L’opus monumental de Linnaeus s’appelle « Systema naturae », qui a jeté les bases de la dénomination scientifique des plantes et des animaux. Ceux-ci reçoivent tous un double nom, le binôme, qui se compose d’un nom de genre et d’un nom d’espèce. Le nom du genre nous renseigne sur d’éventuels parents de l’espèce. Dans le cas de épeire diadème, il s’agit d’espèces dont la première partie est également « Araneus ». Chez nous, ce sont, par exemple, l’araignée marbrée (Araneus marmoreus) et l’araignée à quatre points (Araneus quadratus). Mais les araignées sont le seul groupe d’organismes dans lequel certaines espèces ont été nommées avant l’intervention de Linnaeus en 1758.

Mais maintenant, 256 ans plus tard, nous sommes à la 50 000ème espèce d’araignées. Nous le savons si précisément grâce au catalogue mondial des araignées en ligne (https://wsc.nmbe.ch/). Il répertorie non seulement toutes les araignées qui ont été décrites, mais aussi tout ce qui a été publié sur leur morphologie, disons leur apparence, avec un lien direct vers ces publications. Les araignées sont donc exceptionnellement bien cataloguées parmi les invertébrés. Ce catalogue est une mine d’or pour tout arachnologue ou qui se soucie de ces animaux à huit pattes. Ainsi, le 6 avril 2022, nous étions au nombre de 50 000.

Cette petite salticide (Guriurius minuano Marta, Bustamante, Ruiz & Rodrigues, 2022) est la cinquantemilième araignée connue. 

L’analyse du rythme auquel les descriptions se sont produites montre deux pics : le premier vers le tournant du siècle en 1900 et un second dans la période actuelle. Au siècle dernier, les grands musées d’histoire naturelle étaient principalement européens. Ces grands centres taxonomiques investissaient dans des expéditions zoologiques et rémunèraient les spécialistes capables de décrire les plantes et les animaux collectés. Un spécialiste domine tous les autres à cet égard : Eugène Simon (1848-1924) associé au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Il a décrit à lui seul près de 4000 espèces d’araignées, mais il n’avait que 16 ans lorsqu’il a écrit son premier article d’arachnologie. Mais les spécialistes anglais, allemands, italiens et même néerlandais et belges ont également mis leur grain. Plus tard, les arachnologues nord-américains ont également contribué : en termes de nombre d’espèces d’araignées décrites, Norman Platnick (1951-2020) du Natural History Museum de New York, arrive en deuxième position avec un peu moins de 2000 espèces.

Cet intérêt occidental pour la description de la diversité mondiale a duré jusqu’à la fin du siècle dernier, quand environ 35 000 espèces d’araignées étaient connues. Avec l’avènement des méthodes moléculaires, d’autres domaines de la recherche biologique reçoivent plus d’attention et l’intérêt pour la taxonomie pure, la description des espèces, est passé au second plan. En conséquence, le rythme de découverte de nouvelles espèces a également chuté. Les quelques taxonomistes actifs en Europe occidentale sont désormais principalement des non-biologistes intéressés ou des taxonomistes à la retraite. Le deuxième pic est donc principalement dû aux spécialistes d’Amérique du Sud, de Chine et d’Afrique du Sud, qui représentent désormais l’essentiel des nouvelles descriptions. Ce n’est donc pas un hasard si l’ araignée célébrée est une salticide du Brésil.

Rudy Jocqué

Photo du mois (Novembre 2022)

02/11/2022 | Photo du mois

Oonops domesticus  Dalmas, 1916. Les photos montrent un femelle (collectée puis relachée) ayant construit un cocon dans un tube de collection. Photos: © Arnaud Henrard.

Oonops domesticus est une espèces appartenant à la familles des Oonopidae. Ce sont des araignées de très petite taille, que l’on surnomme araignées naines ou araignées gobelins. Due à sa petitesse (entre 1.5 et 2 mm), O. domesticus est rarement vue. Pourtant, c’est une espèce que l’on peut rencontrer dans les bâtiments, les anciennes collections de musées ou nos propres maisons, d’où son nom latin. Principalement nocturne, elle se nourri de tout petits invertébrés, telle que des psoques. Elle se déplace d’une façon saccadée, avec des mouvements étonnamment lents entrecoupés de sprints rapides. La femelle peut réaliser plusieurs cocons, avec seulement 2 œufs à chaque fois.

Photo du mois (Octobre 2022)

19/10/2022 | Photo du mois

Episinus maculipes (photo: © Ludwig Jansen)

Episinus maculipes Cavanna, 1876 est une araignée appartenant à la famille des Theridiidae. Trois espèces d’Episinus connu en Belgique (avec E. angulatus (Blackwall, 1836) et E. truncatus Latreille, 1809). Bien que qualifiée de rare (elle a été trouvée en Belgique pour la première fois en 2010!), E. maculipes possède une large répartition géographique, étant présente depuis la région Méditerranéenne jusqu’en Irlande. On la retrouve principalement en forêt parmi les feuilles des buissons et des arbres. Elle se distingue de ses congénères par, entre autre, ses pattes ostensiblement tachetées et annelées (comme sont nom latin l’indique), et son céphalothorax pourvu d’une bande longitudinale médiane foncée traversant une région oculaire nettement saillante, et se terminant au bout des chélicères.

>